Archives pour l'étiquette guerilla

Pourquoi créer des micros jardins urbains

C’est à la suite d’une université d’été à Paris sur le thème de l’agriculture urbaine que j’ai osé sauter le pas. Je connaissais le mouvement green guérilla, je souhaitais y participer, mais comment ? Je n’ étais ni botaniste, ni jardinière, je n’avais pas de connaissances théoriques spécifiques. Fallait-il réellement être qualifiée ? J’optais alors pour le savoir empirique, l’observation et l’expérimentation pour développer ces petits jardins.

Les motivations qui me poussent à agir  :

  • La possibilité d’agir directement sur son environnement proche. C’est la réappropriation d’ espace urbain en tant que biens communs,  le citoyen s’implique dans l’organisation et la gestion de « sa » rue.
  • Contribuer à renforcer la biodiversité en ville en créant des espaces verts où la Nature ne serait ni contrôlée, ni maîtrisée, lui donner une oasis à verdir sans produit phytosanitaire et désherbage intempestif.
  • Le plaisir de voir se métamorphoser une surface plutôt stérile en espace végétalisé agréable pour tous.
  • Jouer le jeu de la solidarité et de l’entraide avec de l’échange de graines, de plants, pour que la notion de moyen ne soit pas conditionnée par l’argent (un peu aussi pour militer contre la privatisation et monétisation du « vivant »). [http://grainesdetroc.fr/]
  • Acquérir des connaissances pour mieux comprendre la nécessaire interaction entre  les êtres vivants. Pour bien faire les choses il est important de s’informer, il existe les MOOC sur internet, savoir participatif et collaboratif sur divers sujets.
  • Une autre motivation et sans conteste ma préférée, est la réaction positive et enthousiaste des personnes qui en profitent.

A ce jour le retour d’expérience est riche.

Pour le jardin de la rue du Vercors :

IMG_8470Avril 2014, mise en place de la parcelle

IMG_1237Septembre 2015,

Pour le jardin de la rampe du vieux bourg :

Jardin urbain, rampe du vieux bourg quartier Saint-Marc à Brest

Avril 2015, mise en place de la parcelle

Jardin urbain, rampe du Vieux Bourg Brest

Septembre 2015,

Je ne cherche pas à structurer le végétale, je laisse aussi certaines sauvages s’installer. Je favorise l’implantation de la Nature, elle fera le reste.

Preuve en est que ces jardins ne laissent pas indifférents j’ai pour les deux des soustractions de plantes, je ne qualifie pas de vol ce qui normalement n’appartient à personne, je fais partie de ces gens qui ne souhaitent pas « posséder » les ressources. [Il y a eu des dégradations, piétinements, arrachages, bref un petit cocktail de la bêtise humaine qui n’a eu d’effet que de renforcer mon désir de multiplier ces jardins].

Si je devais donner deux anecdotes qui m’ont empli de joie ce serait ces deux-là :

  • Le regard d’une petite fille qui découvre celle qui s’occupe de ce jardin qu’elle admire tous les jours,
  • Voir de loin une femme amoureuse se pencher et cueillir à la volée une fleur d’oeillet d’Inde qui dépassait.

Il n’en faut pas plus pour être convaincu du potentiel de ces jardins. Être connecté à la Nature, même en ville, s’est s’assurer de vivre son besoin de naturalité au quotidien.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Opération désherbons

La nature n’aime pas le vide !

Depuis une décennie la collectivité de Brest réduit progressivement les produits phytosanitaires type pesticides dans l’entretien des espaces publics, le but étant de préserver la qualité sanitaire de l’ eau et de l’environnement.

La conséquence est la prolifération de plantes au pied des façades. Un bonne nouvelle pour la protection de la biodiversité en milieu     urbain.

Pour apprendre à désherber savamment nos trottoirs, le service propreté de la ville en collaboration avec l’association Vert le jardin a mis en place une opération de sensibilisation appelée « Désherbons ensemble »,

Équipe de jardiniers à l'oeuvre
Équipe de jardiniers à l’oeuvre

Une belle initiative pour permettre d’identifier les plantes indigènes à laisser pousser et celles invasives que l’on doit éradiquer.

(à Brest nous avons 4 espèces exotiques particulièrement invasives : arbre aux papillons, vergerette, renouée du Japon, séneçon du cap) .

Profitant au passage pour fleurir nos rues avec des graines à semer dans les interstices du bitume, des sachets de graines étaient à disposition des jardiniers.

De future petits biotopes qui raviront les « amoureux du vert » d’ici quelques semaines.

Il y a avait plusieurs points de rendez-vous ce 30 mai au matin, j’ai participé à celui du quartier de Saint-Marc, expérience riche en partage et apprentissage, l’équipe de Vert le jardin ayant organisé de belle manière cette animation de rue.

 

Équipe de jardiniers à l’œuvre
Équipe de jardiniers à l’œuvre

Identification de quelques plantes :

Capillaires des murailles, fougère de la famille des Aspleniacées.
Capillaires des murailles, fougère de la famille des Aspleniacées.
Plantain est un nom vernaculaire ambigu désignant diverses plantes herbacées, famille des Plantaginacées
Plantain est un nom vernaculaire ambigu désignant diverses plantes herbacées, famille des Plantaginacées
Campagne d'identification de plante sauvage
Campagne d’identification de plante sauvage
Erigeron, famille des asteracées originaire d'amérique du Nord.
Erigeron, famille des asteracées originaire d’amérique du Nord.

 

Pour retrouver toutes les informations sur les opérations « SERIAL CLEANER » de la collectivité de Brest : http://www.brest.fr/ecologie-urbaine/proprete.html

Association Vert le jardin : www.vertlejardin.fr/

Reportage photo réalisé avec une GoPro.

 

Jardin Urbain, retour d’ expérience.

Le jardin Urbain de la rue du Vercors fête ses 6 mois d’existence, ce projet a pris racine dans le cœur des riverains. Ils sont nombreux à s’arrêter et contempler l’avancée du verdissement de l’espace.

L’expérimentation avance avec des dons des plantes, on peut y trouver un pied de basilic, un fraiser,  des capucines et des courges géantes devraient peut-être sortir de terre pour Halloween !

L’ hôtel à insecte affiche complet ! Le lien vers le vivant est recréé,  un réel biotope  nous est offert dans ce petit oasis vert. Il a fallu restreindre l’avancée des chenilles qui ravageaient les feuilles du saule .

En images quelques espèces du jardin :

 

 

 

Agriculture Urbaine, atelier d’été 2014

Les ateliers d’été de l’agriculture urbaine ont eu lieu du 30 juin au      2 juillet 2014 au halle Pajol à Paris 18éme.

Véritable carrefour des initiatives, ce temps fort du bon sens a réunis de multiples acteurs de la transition verte. Conférences et tables rondes ont animé ces 3 jours.  Vous retrouverez  en écoute leurs contenus sur le site [www.agricultureurbaine-idf.fr].

Voici un reportage photo de quelques visites proposées.

Ecopad

Construction de modules bois fait à partir de matériaux locaux pour planter fruitiers, arbustes, grimpantes, comestibles et pour transformer le fruit des récoltes, une cuisine mobile.
Cet atelier est proposé par plusieurs structures : Commun jardin, Vergers urbains, Toits vivants, Collectif Babylone, Zone AH, Pot’Ig, Bocoloco, le collectif Terre Minus.

Pour plus de renseignements [www.villecomestible.org].

Le Jardin Marcotte, Paris 11éme

Ce jardin est d’abord solidaire, tourné sur la permaculture il accueille un public d’horizon très large.L’association culture en herbe gère cet espace de verdure à vocation sociale par le lien du vivant.

Pour plus de renseignements [www.culturesenherbes.org].

Guerilla gardening

Le principe de la guerilla gardening est de réinvestir de petites zones en friche pour les revégétaliser, planter toutes sortes de végétaux pour que la nature se substitue à l’homme.

Fermes en villes

Le site de St Cyr l’ école se trouve sur une ancienne décharge fermée depuis 14 ans, la culture hors sol est venue naturellement investir ce lieu pour le réhabiliter dans le cycle du réaménagement de sites pollués.
Plusieurs techniques sont utilisées, l’hydroponie, la culture sur botte de pailles, dans des bacs a jardinières.

Pour plus de renseignements : [http://www.levivantetlaville.com/ ]

Jardin urbain

Par la volonté de quelques irréductibles, voici une autre guerilla gardening sur la portion de la Flèche d’or, rue Charonne, des anciens rails de la petite couronne de Paris. Ici la permaculture est le maître mot, réhabiliter le végétal dans un milieu en friche depuis plus de 70 ans.

vous retrouverez toutes les informations sur [www.agricultureurbaine-idf.fr] ou [www.natureparif]