cymbalaire des murailles

Jardin urbain

Expérimentation citoyenne

Le projet “Jardin urbain” a pour vocation de revégétaliser la ville en aménageant des espaces de verdure auto-suffisants dans des lieux laissés à l’abandon, de petites friches urbaines à fort potentiel.

L’ objectif de cet aménagement végétal est de rendre propice l’émergence d’ une biodiversité naturelle avec le choix de plantes sauvages qui s’adaptent et se développent en milieu urbain.

Au-delà des lieux dédiés et des jardins privatifs, le jardin urbain s’offre à tous. Un oasis vert planté entre béton et bitume.

Cette création a été motivé par la volonté de recréer une connexion entre l’homme et la nature avec l’introduction d’un esthétisme vert à où l’on ne l’attend pas.

Cette action citoyenne met l’accent sur la place de la Nature dans le quotidien d’un citadin. Que ce soit le riverain appréciant la valorisation d’un ancien crottoir à chien, le badaud qui passe par là, ou les enfants toujours curieux de leur environnement, un jardin vert sollicite en nous le lien naturel du vivant.

Le “Jardin Urbain” est l’expérience de cet revégétalisation.

L’initiative de réappropriation de l’espace vient d’une réflexion sur la responsabilité de chacun à apporter du “mieux être” et “mieux vivre” ensemble par le biais d’actions individuelles.

L’ expérimentation se base sur la mise en place un jardin urbain en tentant la singulière lutte de la “green guerilla”. Ce mouvement incite à la revégétalisation spontanée de lieux désertés par l’homme permettant au cycle naturel de reprendre sa place.

Le principe de ce projet est de limiter l’ action de l’homme de manière à ce qu’il ne souffre d’un manque d’entretien régulier. La mise en place d’un hôtel à insecte aura pour fonction d’harmoniser la cohabitation du vivant dans ce microcosme. La mise en couleur par des artifices issus de la récupération d’objets le temps que la Nature poursuive son œuvre favorisera le lien autour de ce nouvel espace.
La réalisation de ce jardin est basé sur les valeurs de la participation collective et de la solidarité, les matériaux nécessaires, les outils, les semences et boutures ont été fournis par prêt, don ou recyclage de déchets.

La revalorisation de ces déchets propose un questionnement sur l’utilité et la fonction que l’on peut leur donner en seconde vie.
La réaction du public lors de son élaboration est un véritable encouragement à créer davantage d’enclos vert dans la ville. Une nouvelle dynamique de préservation de l’environnement qui sollicitera la conscience verte en devenir du citadin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Auteur – Reporter photo